Qui sommes nous ?

Notre histoire :

1959 : le premier stage de formation d’organistes au service de la liturgie a lieu près de Saint-Malo à l’initiative du père Legrand, pour répondre à la demande de jeunes organistes. A cette époque très peu de classes d’orgue existent dans les conservatoires et écoles de musique. Dès l’origine, des musiciens professionnels coopèrent à la formation ;rapidement le besoin d’une méthode spécifique se fait sentir, ainsi naquirent les différentes méthodes Pierront-Bonfils. Le succès local de la formule, l’existence d’un support pédagogique, ont fait que, par relation amicale, plusieurs autres stages se sont créés.

1974 : création de l’Association Nationale pour la Formation des Organistes Liturgiques (ANFOL)

1992 : plus de 2000 élèves sont répartis dans différents centres de formation : stages d’été ou écoles de musique.

1995 Paris, le 3 février : une réunion qui fait date pour les associations partenaires du SNPLS :

A l’époque : CEL avec Mgr Moutel et Mgr Bouchex,  les associations : ASA / ANFOL / ANCOLI et le CNPL avec J.-M. Hugues, J.-C. Menoud, Bernadette Fahy.

Le travail de chacune des associations est reconnu dans sa spécificité propre et la réunion aboutit sur une reconnaissance :

Mgr Moutel situe le terme :

Avant de parler de la reconnaissance en terme de jugement de valeur, il faut en parler en terme de reconnaissance de l’importance du terrain. Or, vous êtes situés à des créneaux très importants : entre le cœur de la foi chrétienne, constitué par la célébration du mystère pascal du Christ  et la mission de l’Eglise aujourd’hui, au cœur d’une civilisation qui cherche encore un sens à travers ses pratiques culturelles.

A cette reconnaissance de fait, s’ajoute une reconnaissance de valeur :

la manifestation d’un fruit ecclésial et la volonté d’une intégration plus grande à la vie de l’Eglise.

 

Dans cette même réunion, Mgr Moutel précise bien les rôles de chacune des associations, chacune gardant sa spécificité propre.

 

28 Novembre 2000 : pour répondre à la volonté des évêques de France de reconnaître le travail des organistes et de préciser leur mission,

Mgr de Monléon, Président de la Commission épiscopale de liturgie et pastorale sacramentelle, signe, avec l’ANFOL et le Syndicat des organistes

et musiciens du culte, la Charte des Organistes.

Sans revenir sur le détail de cette charte qui est connue par tous,  il est utile de faire référence au chapitre qui a trait à la formation,

chapitre où il est rappelé la nécessité d’une triple formation technique musicale, liturgique et pastorale pour les organistes.

 

L’objectif de l’ANFOL, tel qu’il figure dans ses statuts, est d’aider à la formation des organistes dans leur ministère liturgique.

L’ANFOL, reconnue dans son domaine partenaire privilégié de la Commission Episcopale de Liturgie depuis 1994,

entretient de ce fait un lien régulier avec l’Eglise qui lui apporte soutien et reconnaissance :

  • relations entre le SNPLS et le conseil d’administration de l’ANFOL,
  • relations entre les responsables de stages et les services diocésains de PLS.
  • Les actions de l’ANFOL sont de plusieurs ordres :

La formation continue des Organistes Liturgiques

Aujourd’hui, l’ANFOL fédère une trentaine de « centres » dans toute la France. Signe de vitalité, 4 d’entre eux ont moins de 5 ans d’existence.

Ce qui est nouveau dans la création d’un centre c’est que c’est sur la demande d’un évêque que cela se met en place. La mission d’un centre est

de faire progresser les organistes afin qu’ils acquièrent les compétences nécessaires à l’accomplissement du service défini par la charte des organistes.

Le public d’un centre ANFOL est constitué :

  • de jeunes organistes que les paroisses ont sensibilisés à l’apprentissage de leur fonction
  • des organistes adultes assurant des services et désirant se perfectionner
  • des organistes diplômés désirant mettre leurs compétences au service de l’Eglise

…mais aussi, parfois :

  • des chantres animateurs pour favoriser le travail en commun avec les organistes
  • d’autres instrumentistes.

L’objectif d’une formation assurée par un centre ANFOL est triple :

  • vie et formation liturgiques
  • enseignement de l’accompagnement et initiation à l’improvisation
  • connaissance et approfondissement du répertoire d’orgue en précisant sa place dans la liturgie

avec un but fondamental : faire des organistes de bons artisans de la liturgie.

On peut noter une différence majeure dans la fréquentation des stages ANFOL par rapport au commencement :

De nos jours les classes d’orgue sont très nombreuses ainsi que les académies d’été. Pourtant nos stages sont toujours fréquentés : les stagiaires

(souvent des adultes) viennent y chercher ce qu’ils ne trouvent pas ailleurs :

c’est justement cette formation qui permet d’accomplir « le ministère liturgique de l’organiste ».

Les moyens déployés lors des formations sont :

  • la mise en oeuvre d’une formation et d’une vie liturgique et spirituelle pour éveiller chez les organistes un « art de célébrer »
  • une formation technique qui privilégie l’accompagnement du chant (harmonisation, prélude, interlude…) sans négliger le répertoire
  • la pratique du chant choral pour donner aux organistes une expérience du chant liturgique
  • la formation culturelle et l’organisation de concerts

L’ANFOL a été amenée à développer des aides et des supports pédagogiques. Les centres s’appuient également sur les outils proposés par le SNPLS (revues, « CNA »…).

La recherche pédagogique

L’apprentissage de l’accompagnement est sans aucun doute l’apport essentiel qu’attendent tous les organistes, quelque soit leur niveau technique.

S’appuyant sur les méthodes en vigueur à l’époque baroque pour initier les organistes à l’harmonie pratique au travers de l’apprentissage de la basse

chiffrée, l’ANFOL a de nouveau développé et fait connaître cette pédagogie qui consiste à discerner les progressions harmoniques justes pour amener

progressivement l’organiste à trouver l’harmonisation des mélodies qu’il doit accompagner.

Une telle pédagogie est également une ouverture naturelle à l’improvisation.

La formation des formateurs

        Les formateurs des centres ANFOL, organistes de talent mettant leurs compétences au service des stagiaires, ont souvent besoin d’un accompagnement

pour la pédagogie, notamment celle de l’accompagnement. Enseigner l’accompagnement est en effet une tâche ardue.

L’ANFOL rassemble régulièrement ses formateurs pour des formations, telles celles de Saint-Malo (1999) et Ottrott (2002) ou bien les week-ends

annuels de février en Alsace autour d’Harald Vogel ; au-delà de l’accompagnement autour d’organistes de renom, l’éveil spirituel y tient une place

importante (avec notamment la collaboration d’Emmanuel Bellanger de la Faculté Catholique de Paris).

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les stagiaires ne forment qu’une minorité de ceux qui bénéficient des services de l’ANFOL :

les premiers clients des publications de l’ANFOL sont avant tout les organistes de paroisse.

Nous constatons régulièrement que la présence d’un centre ANFOL actif a un impact fort sur le rayonnement de l’orgue liturgique.